• IMG 8647
  • IMG 7606
  • IMG 4077
  • IMG 3299
  • IMG 6213

La période islamique (à partir du VIIème Siècle)

Publié dans La période islamique

La propagation de l'Islam en Afrique du Nord s’est effectuée par une succession de conquêtes arabes de l'Ifriqiya (Tunisie actuelle) avec des vagues successives s'étendant sur une durée de soixante-dix ans de de luttes acharnées (voir carte n°1).

Les premières conquêtes de l’Ifriqiya ont débuté sous le troisième Calife Othmane ben Affane (23H-35H, 643-655) parmi lesquelles celles des Abdallah ibn Abi Sarah en 647 qui remporta deux victoires successives sur les armées byzantines à Tripoli (Libye) et à Sbeïtla (Tunisie). En 665 le premier Calife omeyyade (Muawiya Ibn Abi Soufiane) confie à Mouawiya ben Houdayge el Kindi la poursuite de la conquête de l’Ifriqiya à la tête d’une armée de dix mille hommes qui réussiront à conquérir les villes de Sousse et de Bizerte.

Plus tard, d’autres campagnes décisives se succèderont, notamment celles d’Okba Ibn Nafaâ (en 670) qui fondera la première ville islamique en Afrique du Nord : Kairouan. Il construira le noyau de la ville autour d’une Mosquée qui portera -jusqu’à nos jours- son nom. Afin d’éviter la zone côtière tenue par les Byzantins, Okba Ibn Nafaâ, a emprunté le parcours des caravanes reliant El Kawar à Ghadamès pour se diriger ensuite vers l’intérieur d’Ifriqiya en traversant Neffoussa et le Dhahar (au Sud-Est tunisien).

Après son rappel par le Calife en orient, il ne retourne à Kairouan qu’en 680 (à l’époque du deuxième Calife omeyyade Yazid) pour poursuivre la campagne de pacification d'Ifriqiya des dernières poches de rébellions berbères dans la région du Djérid tunisien et au pays M’Zab algérien. Ses conquêtes ne s’arrêterons qu’aux bords des cotes de l’océan Atlantique au Maroc.

En 697 Hassen Ibn Noôman délivre Carthage de l’emprise des dernières unités de l’armée romaine retranchées dans ses forteresses, puis en 698 il réussira à vaincre la célèbre Cheffe berbère El Kahina.

Dans la foulée Moussa Ibn Noussayr fut désigné par le sixième Calife omeyyade (Al-Walid) premier gouverneur de l’Ifriqiya, il conquit le Maroc et délégua Tarak Ibn Ziad pour conquérir l’Andalousie (en 710).

Les gouverneurs omeyyades se succéderont en Ifriqiya de l’an 705 jusqu’à l’an 800, date à laquelle Ibrahim Ibn el Aghlab fonda l’État Aghlabide indépendant (allant de Bejaia à Tripoli et ayant pour capitale Kairouan). Toutefois, le nouveau souverain aghlabide tient à garder des bonnes relations avec le Calife abbasside.

Sous les Aghlabides (800-909), on dénombrait trois routes de caravanes longues de 1500 à 2000 miles entre la Tunisie et le lac du Tchad et Tombouctou et qui véhiculaient un commerce fort florissant reliant la Méditerranée au Soudan occidental.

Cartes N°1: La conquête arabe de l’Afrique du NordCartes N°1: La conquête arabe de l’Afrique du Nord

À la même époque, le schisme kharidjite et chiite, au Centre du Maghreb (Algérie) et à l’Ouest du Maghreb (Maroc), a suivi le même chemin caravanier. La plupart des dynasties islamiques : l’Émirat des Aderssa (788-921, au Nord du Maroc, ayant Fez comme capitale), l’Émirat des Beni Medrar (757-909, au Sud du Maroc, ayant Sidjilmassa comme capitale), l’Émirat des Rostimides (779-909, en Algérie, ayant Tahert comme capitale), se sont localisées de part et d'autre des routes des caravanes de 1'Afrique du Nord.

 Les Fatimides (Chiites), finiront par conquérir ces Émirats en 909 et instaurer le Califat fatimide sur la quasi-totalité du Maghreb, ayant pour capitale Mahdia sur le littoral tunisien (909-973) (voir carte n°2). Les descendants des kharidjites se trouvent aujourd’hui, sous le nom d’ibadites, dans le Djebel Nefoussa en Libye, dans l’île de Djerba en Tunisie et au M’Zab en Algérie.

Cartes N°2 : Le Maghreb: de l’époque des Emirat Kharidjites à l’époque des FatimidesCartes N°2 : Le Maghreb: de l’époque des Emirat Kharidjites à l’époque des Fatimides

L’État Ziride (973-1160) instauré en Ifriqiya, ne reconnaissant plus l’autorité fatimide (en 1045, El Moez Ben Badis, rejeta le chiisme et proclama son allégeance au Calife abbasside de Bagdad), subira, en représailles, les assauts des tribus hilaliennes sur son territoire, envoyées en expéditions punitives par le Calife fatimide du Caire Al-Mostanser.

Ces tribus arabes ont émigré de Syrie et d’Arabie nomadisant dans le Saïd, en Haute Égypte depuis les premières conquêtes de l’Égypte en 640. Certaines de ces tribus se sont rattachées à un ancêtre commun, Hilal, d’où le nom d’invasion hilalienne donnée à cette nouvelle immigration orientale en Afrique du Nord. Les Béni Hilal, bientôt suivis des Béni Selim, pénétrèrent en Ifriqiya en 1051 (suite à la défaite d’El Moez).

Suite à la conquête hilalienne, la plupart des représentants locaux du pouvoir central Ziride déclareront leurs indépendances et traiteront directement avec les tribus arabes dominantes. Ainsi à Gafsa, le gouverneur des Zirides, Ibn Er-Rend annexe le Djérid et assure la paix à ses sujets, moyennant le paiement d'un tribut aux tribus arabes.   

Pendant cette époque, les Zénètes (tribus berbères nomades) construisent d’autres relais sur les parcours des caravanes dans le Sud-Est tunisien parmi lesquels le fameux Gasr El-Gdim de Maztouria (Gasr de montagne à Tataouine) dont la construction remonte au XIe siècle et ayant une architecture rappelant celle des Ribat ou des Khans édifiés sur les routes des caravanes de 1'epoque (voir photos ci-après) ; il a été occupé par le chef des Zénèta : khalifa Zénèti (entre le XIe et XIIe siècle).

L’Émir des Almohades, Abd el Moumen ibn Ali (de la tribu berbère de Zénète), mettra fin à cette période de troubles que connaîtra l’Ifriqiya et sa partition en micro Émirats (Beni Jamaâ (de Beni Riyah, hilaliens) à Gabès, Beni el Rend à Gafsa,…) en réunifiant tout le Maghreb sous la bannière sunnite, en 1160.

Pendant l’époque d’Almohades, le commerce caravanier a connu une période florissante, l’un des plus grands commerçants de l’époque Almohade (Abou Yahya Zakariya el Yahransi) ramena du Soudan 250 Mthkal d’or (1 Mithkal = 4,5 grammes), en passant par le Sud-Est d’Ifriqiya vers Ouargla puis Sidjilmassa.

Avec les Almohades, Les ports d’Ifriqiya sont devenus le point de chute de nombreux marchands andalous et européens (catalans, pisans,…) et dont les villes caravanières du Maghreb (Sijilmassa, Ghadamès, Tahert,…) constituent leurs principaux fournisseurs en produits et marchandises subsahariennes… 

À ce transit caravanier traditionnel qui s'opère dans le Sud-Est tunisien selon l'axe Nord-Sud, s’ajoute un autre trafic méridional naissant, dans le sens Est-Ouest. Ce dernier concerne les contingents des pèlerins musulmans qui transitent par la région en direction de la Mecque.

L'intersection de ces deux lignes de transits commerciaux et humains s’effectue obligatoirement dans le pays des Ouerguema, au cœur du Sud-Est tunisien, qui devient de ce fait un carrefour stratégique très convoité par les tribus en présence en raison des retombés économiques des flux de biens et personnes sur leur territoire.

Les oasis parsemées çà et là tout le long de ces parcours, que ce soit à l’ouest dans le pays des M’Zab prés de Ghardaïa en Algérie ou dans le pays du Djérid au Sud tunisien ou au Sud de la Tripolitaine aux confins du Fezzan, ont été le résultat du travail des Ibadites et d'autres sectes religieuses soufis qui ont trouvé dans le désert un refuge sûr pour préserver leur croyance et leur foi. Au même temps, ces oasis offraient des relais sûrs pour le commerce caravanier qui s’opérait entre Ifriqiya et le Soudan.

En résumé, après l’islamisation des berbères au VIIIe siècle, le mouvement de propagation de l'islam vers lAfrique subsaharienne par les Almoravides (EL Mourabitoune) et les Almohades (El Mouawahidine, 1160-1248) a suivi la même voie mais dans le sens Nord-Sud pour toucher le Nigeria, le Sénégal, le Tchad et le Mali.

Tandis que s’écroule l’empire almohade à Ifriqiya en 1228, les Hafsides (1228-1574) acquièrent leur indépendance en Ifriqiya (Abou Zaqariya Yahya ben Abdelouahed ben Abi Hafs EL Hentati) et s’assurent le concours des Kôub, l’une des principales fractions des Beni Selim.

Au même moment, le zénète Yaghmorasen ben Zaïène fonde le royaume abd-el-wadide (Beni Abdeloued, 1236-1554) de Tlemcen avec l’appui des Arabes Zoghba.

D’autres Berbères zénètes, les Béni Merin, chassent les derniers Almohades de Fez (1248). La nouvelle dynastie s’appuya sur des familles arabes déportées au Maroc par les Almohades.

En résumé, la région du Sud-Est tunisien reste sous le contrôle des tribus berbères Zénètes du VIIIe au XIe siècle, passant plus tard sous le contrôle de Beni Hilal puis de Beni Selim du XIe au XVIe siècle.

Bibliographie

  • Catherine Coquery-Vidrovitch et Gorges Laclavère (Eds.) 1988. Atlas historique de l’Afrique Les Éditions du Jaguar, 174 pp.
  • Georges Marçais. 1946. La Berbérie Musulmane et l'Orient au Moyen-Age. Paris : Aubier, 310 pp.
  • Mohamed Hassen. 1999.  Les commerçants et artisans à Ifriqiya entre le VIe et IXe siècle de l’Hégire. / ed. par Timoumi Hédi, Tunis-Carthage : Beit el Hikma, , 703 p ; p. 65. (Les Exclus dans l’histoire sociale de la Tunisie, en arabe)
  • Gabriel Camps. 1983. Comment la Berbèrie est devenue le Maghreb arabe. Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n°35, Aix-en-Provence, p. 7-24.

AVIS

 Les visiteurs du site sont avertis que la saisie des données du projet GMG est toujours en cours, donc certaines pages peuvent encore être incomplètes. Nous nous excusons pour le dérangement.

PARTENAIRE DU PROJET

  • Regione Autonoma della Sardegna
    Région autonome de Sardaigne (Italie)
    Organisme de financement du projet
  • ASECON Associazione Amici Senza Confini
    ASECON (Italie)
    Association "Amis sans Frontières"
  • ONM Office National des Mines
    ONM (Tunisie)
    Office National des Mines
  • CNR Consiglio Nazionale delle Ricerche
    CNR (Italie)
    Conseil National de Recherche
  • PGSA-SAR Parco Geominerario Storico Ambientale Della Sardegna
    PGSA SAR. (Italie)
    Parc géominéral historique et environnemental de la Sardaigne
  • Comune di Masullas
    Municipalité de Masullas (Italie)
    Province de Oristano
    Région Sardaigne
  • Comune di Gadoni
    Municipalité de Gadoni (Italie)
    Province de Nuoro
    Région Sardaigne
  • Amici di Sardegna ONLUS
    Amis de la Sardaigne ONLUS (Italie)
    Association de volontariat